Aire de lavage des viticulteurs

Une nouvelle aire mixte de remplissage et de rinçage sécurisée de pulvérisateurs agricoles et de lavage des machines à vendanger.

La commune de Cabrières a décidé la création de cette aire dans l’objectif de poursuivre sa politique en matière de préservation des espaces naturels, en particulier de la Boyne, affluent de l’Hérault et du terroir de schiste si fragile, particulier à Cabrières.
Cette aire dote les viticulteurs d’un outil performant pour le remplissage en toute sécurité des engins agricoles. Elle permet aussi le lavage des machines à vendanger avec une gestion rationnelle et économe en eau.
Les eaux de lavage bénéficient d’un traitement spécifique par le procédé des biobacs qui permet d’éviter tout rejet dans le milieu naturel.

Les vignerons de Cabrières cultivent sur la commune, 380 hectares de vignes. Le vignoble est implanté au sein d’espaces naturels de garrigues et de bois. Le terroir de schiste, unique, entouré de massifs calcaires se dessine en forme de cirque aux caractéristiques insulaires. Les vignes sont installées en piémont des cinq vallées formant une étoile. Ce terroir exceptionnel donne une grande minéralité et une finesse particulière à toutes les cuvées. Il confère une identité forte aux vins rouges, rosés et blancs de l’appellation AOP Languedoc Cabrières.

L’agriculture a façonné les paysages à travers les siècles et ceci est en constante évolution.
L’équipe municipale de Cabrières et les vignerons vous souhaitent une belle découverte.

Les travaux en images

Histoire de la viticulture à Cabrières

Le lien qui lie Cabrières et le vin ne date pas d’aujourd’hui. Déjà en 1357, les vieux registres municipaux de Montpellier font état du « vin vermeil » de Cabrières servi à chaque banquet officiel.

Au siècle suivant, le vin de Cabrières va connaître une nouvelle consécration glorieuse ; le prieur de la paroisse, Fulcrand Cabanon, s’en est allé à Versailles en 1687 dire le secret de son vin vermeil au Roi Soleil qui l’appréciait fort. Saint-Amant, poète de la cour du monarque, a même chanté le merveilleux breuvage: « Baille moy donc de ce vin vermeil … Bref, c’est mon feu, mon sang, mon soleil … ».

Bien des années plus tard, un autre prêtre originaire du Village écrira « Cabrières au fil des ans » en 1946, en hommage à la création de la cave coopérative créée juste avant guerre en 1938.

Il est difficile d’évoquer Cabrières sans parler des initiatives prises par les dirigeants de la cave coopérative depuis plus de 60 ans.

En effet, dès 1947, les vignerons de la coopérative, afin de valoriser la production de leurs adhérents décident de commercialiser leurs vins en bouteilles.

En 1952 est déposée la marque l’Estabel pour identifier cette production, accompagnée de la mention « Vin Vermeil ».

La mise en bouteille était alors réalisée manuellement, en bouteille verte dite « flûte distillateur », l’étiquette en forme de parchemin, encore aujourd’hui très reconnaissable.

En 1955, le vignoble de Cabrières fut classé en appellation d’origine « VDQS » Cabrières, pour ses vins rosés. Ainsi s’ouvrait la voie « royale » pour Cabrières, premier rosé des Coteaux du Languedoc.

A la demande des producteurs (cave coopérative et caves particulières encore nombreuses à cette époque), et compte tenu de l’excellent comportement du cinsault sur les sols schisteux de Cabrières, les producteurs décident d’imposer le Cinsault comme cépage principal pour l’élaboration des rosés. Cette disposition a d’ailleurs été reprise dans le décret qui définit les règles de production de l’AOC « Coteaux du Languedoc Cabrières ».

Membre fondateur des Coteaux du Languedoc dès 1960, avec l’arrêté du 16 décembre 1960, Cabrières rejoint la liste des 49 communes fondatrices des Coteaux du Languedoc.

En 1963, la commune de Cabrières est classée en appellation contrôlée « VDQS » Cabrières, pour ses vins rouges.

En 1983, après les secteurs de schistes du Languedoc (Saint Chinian et Faugères), la commune de Cabrières fut pressentie pour une reconnaissance en AOC Cabrières.

En 1985, au moment du passage des VDQS rouge et rosé en AOC, la commission de l’INAO classe la totalité des parcelles cultivables de la commune en Coteaux du Languedoc Cabrières.

L’ensemble des 380 ha de vigne de la commune est classé en Appellation d’Origine Contrôlée Coteaux du Languedoc Cabrières et Clairette du Languedoc.

Au rythme des nouvelles plantations de Syrah et Grenache noir, mais surtout à partir des années 1980, la production de vins rouges n’a cessé d’augmenter. Bien reconnaissables, ils se sont très vite distingués, à l’image des vins rosés, par leur souplesse, leur caractère fruité intense, leur rondeur.

La nature des sols peu productifs, l’orientation des plantations exclusivement tournée vers l’AOC et non vers les vins de Pays ou de Cépage, la progression régulière des volumes déclarés des AOC Coteaux du Languedoc et Clairette du Languedoc en fonction des nouvelles règles d’encépagement, l’inexistence du mitage par arrachage définitif ont assuré au fil des ans une production homogène.

On peut dire qu’il existe à Cabrières des « usages locaux, loyaux et constants » une sorte d’autodiscipline qui explique l’aspect homogène du vignoble et l’harmonie du paysage qui séduit immanquablement les visiteurs.

En 2009 Après 55 ans de pratique de l’appellation contrôlée, les producteurs de Cabrières ont demandé la reconnaissance de leur terroir historique en Appellation d’Origine Protégée.

En 2018, la cave coopérative a fêté ses 80 ans !

Le vignoble cabriérois

La cave de l’Estabel

La cave coopérative regroupe 33 déclarants, 223 hectares d’AOC Languedoc Cabrières rouge et rosé sur 330 hectares en production et 348 hectares exploités.

Sur l’ensemble des adhérents, la taille moyenne de l’exploitation est de 10 hectares. Pour les exploitants viticulteurs à temps plein cette moyenne est de 15 hectares.

Les ventes en bouteilles Coteaux du Languedoc Cabrières représentent aujourd’hui 1 million de cols par an, dans les 3 couleurs (rouge, rosé et blanc).

Le caveau de dégustation de la cave coopérative des vignerons renferme un très joli musée retraçant l’histoire minière sur le territoire de Cabrières encore aujourd’hui centre de recherche du CNRS, ainsi qu’une exposition photographique toujours renouvelée grâce à l’association Groupe Images du Salagou.

Plus d’infos

cave de l'Estabel
La cave de l’Estabel

Domaine Mas de Valbrune

Le Mas de Valbrune est né, en 2006, de la volonté de restaurer la vinification en cave particulière sur la propriété familiale. Créée dans les années 50, l’exploitation familiale est historiquement implantée sur les terrasses alluviales de Tressan et de Popian. Mais depuis la fin des années 1980, la production de ces 40 ha est vinifiée en Cave Coopérative. Jean-Pierre VAILHE, qui a repris l’exploitation des vignes, et qui se souvient de la dernière vinification au caveau souhaite re-gouter au métier de vigneron.

En 2004, il découvre le vignoble de Cabrières, adossé à l’emblématique Pic de Vissou. Il est séduit par ces coteaux schisteux et perçoit immédiatement le potentiel viticole de cette petite vallée noyée dans un océan de verdure et de garrigue.

Entre 2004 et 2006, il achète 7 ha de vignes sur ce terroir, avec la volonté de recréer une cave particulière. Il entreprend un lourd travail de préparation du sol et de replantation. Deux tènements sont constitués, à 150 m et 120 m d’altitude, constitués de Syrah, Carignan, Cinsault, Grenache Noir et Clairette. Une parcelle de Cabernet Sauvignon et, récemment, de Grenache Blanc, issues de l’exploitation familiale et situées sur les terrasses anciennes résiduelles de l’Hérault, complètent ce parcellaire.

Les vignes sont conduites en gobelet traditionnel, pour les Cinsaults, les Carignans et les Grenaches anciens. Les parcelles les plus récentes sont palissées sur deux fils. La charge de raisin est maîtrisée, tout d’abord, grâce à une taille réduisant la fertilité des ceps, puis, elle est ajustée l’été, grâce à une vendange « en vert ». La meilleure maturité est recherchée pour les vendanges, qui sont réalisées, soit mécaniquement, soit manuellement. Le travail mécanique du sol est privilégié, pour une production en lutte raisonnée.

L’ancien chai de vinification est constitué de cuves béton et de foudres de grandes capacité. Ce matériel n’est pas adapté à la volonté du vigneron, qui préfère mettre à profit un ancien corps de bâtiment, organisé autour de la maison du « Payre », pour créer un chai plus adapté aux techniques de vinification et aux savoir-faire modernes. Les anciennes écuries de l’exploitation, ainsi que le « magasin », jadis destiné à l’expédition de raisin de table, sont mis a contribution. Un petit chai à barriques est reconverti en salle de presse.

Le matériel de vinification se compose :

· d’une table de tri manuel,

· d’un érafloir mécanique, qui sépare rafles et vendange

· d’une pompe « queue de cochon », qui transporte la vendange fraîche, tout en conservant sa qualité

· d’un pressoir à membrane

· de cuves de petite capacité, en polyester à chapeau flottant, pour la vinification et l’élevage

· de drapeaux réfrigérants pour contrôler la température de vinification

En 2006, le Mas de Valbrune produit sa première cuvée ! En 2014, six cuvées constituent la palette des vins produits au domaine.

La végétation Méditerranéenne (chêne vert, arbousier, ciste blanc et bruyère) est un écrin naturel de couleurs et de senteurs. Les vins d’ici sont des vins « de Paysage », et de Terroir, … une vraie invitation à la découverte…

Texte: domaine du Mas de Valbrune

Plus d’infos sur de domaine

Domaine de Valbrune