En 533, Théodebert 1er, petit fils de Clovis, lors de sa campagne victorieuse contre les Wisigoths, dans le sud de la Gaule, se présente devant la place forte du château de Cabrières. La belle Deuterie, comtesse de Cabrières, femme abandonnée par son gouverneur de mari Ferréol, belle et très intelligente, préfère complimenter et se soumettre plutôt que de combattre son assaillant. Théodebert en tombera amoureux, l’emmènera avec lui et répudiera sa femme, avant de l’épouser. Voilà comment cette Cabrièroise deviendra reine d’Austrasie et faillit devenir Impératrice de Constantinople sans un incident mortel de chasse de son prince.

Vue du château de Cabrières

Le village primitif de Cabrières se situait sur les flancs de la colline du château à environ 2km du village actuel. Le château, un des plus important de la région, se situait au sommet de cette colline. Il fut le théâtre de nombreux affrontements conduisant à 3 reprises sa destruction (Catharisme, Guerre de Cent ans, Guerres de Religion). Après les Guerres de Religion, le château, entièrement détruit, n’a pas été reconstruit et le village primitif a été petit à petit abandonné à partir de la fin du XVII°siècle pour se reconstruire au bord de la Boyne près de la tour de l’église Saint-Etienne. Des petits groupes de maisons se sont constituées (Mas de Gaussel, Mas de l’eglise, Mas du Bayle) avant de se regrouper petit à petit pour former le village actuel de Cabrières

Livret de découverte du patrimoine du village

Tour de l’église du XIV°siècle autour de laquelle le village s’est reconstruit