Le Clos du Temple

Situé au cœur du Languedoc dans le Sud de la France, le Clos du Temple naît sur le terroir historique de Cabrières, berceau des vins rosés. Dès 1357, ce vin est servi aux banquets officiels et connaîtra sa consécration sur les tables du Roi Soleil, doté de la brillante appellation «royalement contrôlée».

Histoire

2018 est le premier millésime du Clos du Temple. Ce rosé iconique est une invitation à la découverte d’une alchimie : celle d’un terroir d’exception, un savoir-faire inégalé, un flacon aux courbes symboliques. Un vin rosé unique au monde, qui sublimera les dîners d’exception et les instants de célébration.

Situé au cœur du Languedoc dans le Sud de la France, le Clos du Temple naît sur le terroir historique de Cabrières, berceau des vins rosés. Dès 1357, les vins de Cabrières sont servis aux banquets officiels. Ils connaîtront leur consécration sur les tables du Roi Soleil, dotés de la brillante appellation « royalement contrôlée ».

Pour magnifier ce rosé, il fallait un flacon unique. La bouteille du Clos du Temple est une création design exclusive menée par les équipes de Gérard Bertrand. Une représentation géométrique du temple, dont les élégantes proportions sont inspirées du nombre d’or, le Phi :

  • la base carrée, symbole de la terre, reprend les fondations cubiques ;l’élévation en cylindre, comme une évocation de la connexion entre forces terrestres et célestes ;
  • le dôme, un cercle parfait, aux épaules de la bouteille, dont le décor à l’or fin souligne les courbes douces des collines entourant le Clos du Temple ;
  • le Bleu Royal est un hommage au roi Louis XIV, grand amateur des vins de Cabrières.  

Le Clos du Temple est un lieu d’exception magnifié par le savoir-faire des hommes.

Le vignoble du Clos du Temple se compose de 8 hectares, constitués de 7 petites parcelles agrippées à flanc de colline, naturellement closes par le relief et la végétation.

Au Clos du Temple, la vigne est cultivée en Biodynamie. Le travail du cheval et du mulet favorisent la connexion entre le minéral, le végétal, l’animal et l’humain. La récolte manuelle en caissette se fait au lever du jour afin de bénéficier de l’abaissement thermique nocturne et conserver ainsi la fraîcheur des baies. Chaque parcelle est récoltée à date optimale et vinifiée de façon séparée.

L’assemblage unique de 4 cépages rouges (GRENACHE, CINSAULT, SYRAH, MOURVÈDRE) et d’un cépage blanc (VIOGNIER) confère à ce rosé toute sa singularité.

Un équilibre parfait, ample, d’une grande longueur, portée par une belle fraîcheur.

Le chai étant situé au coeur du vignoble, la durée de transport est minimale. Les meilleurs jus de coule sont ensuite sélectionnés. Le pressurage à froid (5°C) préserve les arômes et la fraîcheur et évite la coloration du jus, en bloquant les pigments naturels (anthocyanes). Avant la fermentation à basse température, un débourbage de 24h à température contrôlée entre 8 et 10°C est réalisé sans apport de soufre. L’élevage se fait en fûts de chêne français neufs (chêne de la forêt de Tronçais et de Jupilles), pendant 6 à8 mois sur lies fines avec bâtonnage. Les vins sont assemblés un jour fruit, selon le calendrier astral biodynamique, favorable à la dégustation

Prochainement un caveau de dégustation va ouvrir ses portes

Plus d’infos

Le Mas Coris

L’aventure à marche forcée

Un peu de chance, un soupçon d’inconscience et beaucoup de motivation ont porté le Mas Coris sur les fonts baptismaux. En quelques mois à peine…

Si le Mas Coris a officiellement vu le jour le 1 er octobre 2009, le projet de création de ce domaine a vraiment germé cinq mois auparavant. C’était le jour de l’Ascension, lors de l’inauguration, conviviale et informelle, du splendide Mas des Quernes de Jean Natoli et Peter Riegel, à Saint-Jean-de-Fos (Hérault). C’est là, entre une parcelle de carignan et une jolie bordure d’oliviers, sur les Terrasses du Larzac, que l’aventure a commencé. Une aventure pour nous, une épreuve pour Jean Natoli, contraint de répondre, dans la minute (!), aux mille questions dont nous l’avons assailli pendant la visite de ses terres. Une seule résume parfaitement notre état d’esprit ce jour de mai : “Et pourquoi pas nous ?”

Patient, pédagogue, notre ami de très longue date répondit, sans rien cacher aux néophytes que nous étions des aléas d’une telle entreprise, sans nous décourager non plus. Mais nous n’écoutions déjà que le “possible”, pour ne pas entendre le “compliqué”…

Coup de cœur à Cabrières

Un mois plus tard, nous commencions, à moto, notre visite de plusieurs terroirs du Languedoc. Remercions au passage la disponibilité et la gentillesse de quelques-uns de nos hôtes vignerons : Sébastien Fillon (Saint-Jean-de-La-Blaquière), Pascal Blondel (Neffies), Christian Richier (Fontanes-Sommières), et, plus tard, Jeff Coutelou (Puimisson).

Au mois de juin 2009, nous découvrions nos parcelles actuelles, à Cabrières. Coup de cœur immédiat pour ces deux petits hectares de vignes, en conversion bio depuis un an. En octobre, enfin, nous prenions possession de nos terres, déjà riches d’une histoire ancienne et dont quelques constructions – deux vieux puits, un mazet en ruines – sont encore les témoins.

Vive l’autonomie !

En 2011, le Mas Coris trouvait son autonomie en prenant ses quartiers dans une vieille bâtisse en pierres, au centre de Cabrières. Travaux de rénovation, installation des cuves et des barriques, l’année voyait aussi une autre parcelle rejoindre le domaine, tandis que la plantation de plus de 2.200 pieds ouvrait la perspective d’une production de vin blanc. Trois ans plus tard, alors que ce premier blanc était enfin mis en bouteilles, une parcelle de clairette complétait notre vignoble.

Tel est donc le chemin parcouru à grands pas, ou plutôt à marche forcée, depuis la rédaction de l’audit demandé à Natoli and Coe et qui, en 2010, fournissait les premières pistes de travail : “améliorer les équilibres des vignes, définir des objectifs à moyen terme, décider des investissements et s’assurer de leur valorisation.”

Dans notre tête, tout devenait clair et l’objectif – créer une gamme de trois couleurs, avec des produits bio de qualité et bien valorisés – nous semblait à portée de main. Mais on ne nous avait pas encore tout dit…

Le Mas Coris s’agrandit encore

Pourtant, malgré les embûches de toutes sortes, la belle histoire ne s’est pas arrêtée là. L’accueil réservé à nos cuvées et un début de notoriété allaient, si besoin était, redonner du tonus à notre motivation. En 2015, deux autres parcelles (un grenache et un cinsault) entraient dans le périmètre du Mas Coris et entamaient leur conversion bio. Avec cette nouvelle surface (de 1,2 ha au total),  de nouvelles perspectives de production s’ouvraient…

Pourtant, et c’était programmé dès son achat, ce nouveau cinsault dut être arraché en décembre 2016. Trop de manquants, trop peu de raisins, bref, une vigne en fin de vie… Avant cela, cette parcelle fournit ses dernières grappes qui, mélangées à celles du grenache “d’en face”, donnèrent une cuvée spéciale baptisée “Les Frangins”. Résultat : un peu plus de 1.300 cols fournis en exclusivité à un nouveau restaurant de Montpellier.

Un caveau de dégustation au centre du village est ouvert régulièrement. Des animations y sont également proposées.

Plus d’infos

TEL : 06 74 14 88 91, route de Clermont 34800 Cabrières